Il y a un gorille dans le quartier !

Je savais que mon quartier regorgeait de mystères et d’histoires surprenantes, mais j’ai du admettre la semaine dernière avoir limité dans mon esprit l’ampleur de cette bizarrerie.

Chaque jour, depuis le 1er Septembre, une camionnette blanche de location s’arrête au croisement des avenues Duluth/Hôtel-de-Ville vers 20h15, et toutes les heures jusqu’à environ 23h15.
Une personne (qui semble toujours être une femme) sort de la camionnette habillée en gorille, traverse la rue et se poste toujours au même endroit, près des buissons. Elle marche, regarde autour d’elle, scrute les passants, touche les feuillages, pendant près de 4 minutes, sans parler à personne.
Après être restée seule sans rien faire pendant plusieurs minutes, six personnes de tous âges, et toujours différentes à chaque heure, sortent de la camionnette, traversent la rue pour rejoindre le gorille (certains portent des masques de singes) et lui font, chacun leur tour, un câlin.
Lorsque le gorille a fait un câlin à tous les passagers, ils repartent ensemble vers la camionnette, et s’en vont.
Rebelote une heure plus tard, au même endroit, avec des personnes différentes allant de 15 à 60 ans, et cela toutes les heures jusqu’à environ 23h15.

Probablement du théâtre urbain.. mais le mystère reste entier. Que font ces personnes, pourquoi venir toujours au même endroit, pourquoi des masques de singes et un costume de gorille, une camionnette de location, une rue peu passante, un rituel, pourquoi des câlins, pourquoi toutes les heures… des idées ?

La vidéo a été accélérée et ne retranscrit pas les actions en temps réel. Le tout dure environ 5 minutes entre l’arrivée et le départ de la camionnette.

Le mystère a finalement été percé après plusieurs jours de recherches. Il s’agirait tout simplement d’un des douze tableaux du projet de théâtre ‘Après la Peur‘ présenté au Théâtre d’Aujourd’hui de Montréal..

signature @ÀtitreD

Advertisements

MUSIKIOSK: des enceintes en libre-service

Voilà déjà un an que dix chercheurs de l’Université McGill et de l’école de Technologie Supérieure travaillent sur le projet Musikiosk. Enceintes en libre-service pour tous, le projet dynamise le quartier sans que le son ne dérange le voisinage. Depuis début août, il est enfin prêt et mis en place au Parc du Portugal à Montréal. Louis Voreux, Responsable technique du système, nous explique le fonctionnement du kiosque ainsi que l’étude menée en parallèle sur l’environnement sonore et l’amélioration de la qualité de vie des citoyens du quartier.

fblogotwitterlogo

Donnez votre avis #Musikiosk

Horaires
Mon-Fri: 9.00-22:00
Sat-Sun: 10:00-22:00
Fermé les samedis de 14h30 à 19h30

Parc du Portugal,
rue Marie-Anne/blvd St-Laurent,
Montréal, QC

signature @ÀtitreD

Tarte aux Griottes & aux Amandes

2015-07-17__691__Nazmus_Syed__1_J’ai récemment découvert un collectif de cueillette de fruits en milieu urbain qui vise à donner un destin plus heureux aux fruits des arbres de la ville que celui de pourrir sur le sol. Les Fruits Défendus, né en 2011 à Montréal, facilite la rencontre de propriétaires d’arbres fruitiers et de cueilleurs bénévoles pour faire bon usage de la production locale, éviter le gaspillage et encourager l’engagement pour la communauté. 1/3 de chaque récolte est destiné à une banque alimentaire ou un organisme de charité.

Pour mettre mon temps libre à profit, j’ai participé à ma première cueillette de griottes il y a quelques jours. 1/3 de la récolte étant destiné aux bénévoles, j’ai improvisé une tarte aux griottes aux amandes.

tartegriottes

Tarte aux griottes & aux amandes

Ingrédients

Pour la pâte brisée

200g de farine
100g de beurre
1 pincée de sel
Un peu d’eau froide

Appareil

3 tasses de cerises dénoyautées
2 oeufs
10cl de crème fraîche liquide
3 cuillères à soupe de lait d’amende
70g de sucre
20g d’amendes effilées

Recette

Etape 1
Préparer la pâte: Mélanger la farine et le sel. Ajouter le beurre et avec deux couteaux, découper le beurre en mélangeant jusqu’à ce que le beurre ait la taille de petits pois. Ajouter de l’eau jusqu’à ce que la pâte se forme (pas trop, sinon la pâte sera trop collante). Former deux disques, enrober de papier sulfurisé et mettre au frigo pendant au moins 3omin.

Etape 2
Préparer l’appareil: Mélanger les oeufs, le sucre, la crème et le lait d’amendes. Ajouter les amendes effilées.

Etape 3
Sortir la pâte du frigo et abaisser un disque sur un plan de travail fariné. Etaler la pâte dans le moule, piquer le fond et cuire à blanc pendant 10min. Verser l’appareil sur la pâte et ajouter les cerises de façon à couvrir tout le moule.

Etape 4
Abaisser le deuxième disque de pâte et découper des bandes. Les disposer en quadrillage sur la tarte. Saupoudrer de sucre et d’amendes et mettre au four préchauffé à 200°C pendant 40min.

signature @ÀtitreD

Le Poutinefest débarque à Montréal !

Déjà installée dans plusieurs villes Canadiennes, le Poutinefest n’avait pourtant toujours pas foulé le sol de Montréal, deuxième plus grande ville du pays… mais c’est maintenant chose faite ! Originaire du Québec et très vite devenue plat national, qui aurait cru que son festival serait importé à Montréal par… un français ! Alexandre Lvowitsch-Kostritza, directeur marketing à Festco-Smoking BBQ, a pris l’initiative avec son équipe d’y lancer le premier Poutinefest, après avoir vu son foodtruck ‘Smoking BBQ‘ remporter le prix de la meilleure poutine 2014 à Drummondville et meilleure poutine 2015 à Ottawa.

Poutine, qui veut dire “mixture étrange“, peine à trouver son origine tant les histoires sont variées à son sujet. La plus répandue raconte la légende d’un dénommé Eddy Lainesse, qui aurait demandé au propriétaire d’un restaurant dans les Bois-Francs (Québec) de mettre sa barquette de fromage et sa barquette de frites dans le même sac. Le propriétaire aurait répondu: “ça va faire une maudite poutine“. Mais son origine exacte reste très controversée.

Mélange de frites, de fromage en grains et d’une sauce “gravy“, la poutine est servie dans de très nombreux restaurants à Montréal ( il est aussi possible de changer ses frites en poutine dans la plupart des fast-foods de la ville ! ). Comme nous l’explique Alexandre, “c’est un plat facile” et “qui réchauffe“, ainsi très apprécié sous les rudes températures hivernales que subit la ville pendant plusieurs mois.

Hormis la recette traditionelle, bien évidemment présente sur le site, le Poutinefest innove, et propose des recettes toutes plus inattendues. La base reste la même, mais les poutiniers y ajoutent divers ingrédients étonnants. Cette année, des poutines aux macaronis au fromage, au JägerMeister… ou encore au foie gras !

Au vue de la foule présente derrière les barrières d’entrée du festival, on pouvait déjà assurer dès le premier jour d’ouverture que le premier Poutinefest de Montréal remporterait un franc succès. Les queues de plus d’une trentaine de personnes à chaque food-truck nous laissent à penser que la poutine reste et restera le plat préféré des Québécois !

signature

.

@ÀtitreD